Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il avait plu tout le dimanche

Il avait plu

 

 

de Philippe Delerm


4
ème de couverture

"Revoir Paris". Arrivé à la gare du Nord, Monsieur Spitweg se surprend à siffloter la chanson de Trenet. Ah oui! Finalement, c'est surtout pour ça qu'il est parti.
Dans la rumeur de sept heures du matin, une grande bouffée de Paris lui monte au cœur, et c'est plus fort que toutes les vagues de Mer du Nord. Il prend un café sur le zinc, dans les annonces des haut-parleurs : "Le TGV 2525 à destination de Bruxelles partira de la voie 8…"  Mais on peut bien parler d'ailleurs, Arnold sait désormais qu'il est ici. Cette désinvolture du serveur, l'odeur des journaux frais, un je-ne-sais-quoi de parisien dans l'arôme du café… Monsieur Spitzweg reprend sa valise et hume les couloirs du métro comme un jardin d'essences rares. Les carreaux de faïence, la couleur des affiches, tout lui plaît. Dans le wagon qui le ramène à Guy-Môquet, il y a un Noir avec un gros vélo rouillé auquel il manque une pédale.

Après lecture
Je suis totalement "fan" de Delerm, "Monsieur Instant" comme je l'appelle. Cette manière si délicieuse de capter les couleurs éphémères, les senteurs fugaces, les sensations et de les retranscrire en mots qui nous font voir, sentir, humer. Il avait plu tout le dimanche, lu par un samedi ensoleillé, a été un enchantement. Cette fois, au contraire de la Sieste assassinée ou de La première gorgée de bière, il ne s'agit pas de mini-récits se succédant mais de l'histoire de la vie de Monsieur Spitzweg, en instants, senteurs et sensations!